Suicide

Wann ee mat enger Situatioun emotional net méi eenz gëtt an ufänkt suizidär Gedanken ze hunn, wend een sech am Beschten un e spezialiséierte Service, deen engem hëllefe kann.

Les adolescents sont particulièrement touchés par le suicide. La plupart d’entre eux ne veulent pas mourir, mais simplement cesser de souffrir. Le tabou social autour du suicide empêche le jeune de parler de ses pensées suicidaires. En conséquence, il ne bénéficie d’aucune aide et il risque de se perdre dans ses pensées et de considérer le suicide comme la seule échappatoire à sa souffrance.

Si l’on cherche quelqu’un à qui parler, on peut contacter de façon anonyme et confidentielle le Kanner-Jugendtelefon (www.kjt.lu) au tél. : 116 111 ou SOS Détresse (www.454545.lu) au tél. : 45 45 45. Les femmes peuvent aussi s’adresser au Fraentelefon au tél. : 12344.

Quand une personne exprime des pensées suicidaires, il faut qu’elle soit prise au sérieux. Les pensées indiquent que la personne souffre. C’est la même chose pour des comportements autodestructeurs répétés comme se scarifier. Il est alors important de lui parler calmement, sans porter de jugements. Encourager quelqu’un à parler de ses pensées suicidaires peut déjà réduire le risque d’une tentative, puisque cela peut l’aider à réévaluer la situation et à trouver d’autres solutions que la mort.

Il faut l’encourager à consulter un service d’assistance professionnel tel que le Service psycho-social et d’accompagnements scolaires à l’école, Prévention suicide (www.prevention-suicide.lu), Psy-Jeunes (www.croix-rouge.lu/psy-jeunes), le Service national de la psychiatrie juvénile (www.hkb.lu) ou le Centre de santé mentale (www.llhm.lu).

Autres liens :

Voir aussi :

  • Alccol p.
  • Cyberharcèlement p.
  • Adolescence p.
  • Médicaments p.
  • Harcèlement à l’école p.
  • Sexualité p.
  • Orientation sexuelle p.

Pin It on Pinterest